top of page

Découvrez bigfish news, notre newsletter pour décrypter l'actu sans jargon (c'est gratuit !)

Et si l'argent faisait vraiment le bonheur ?



Vous avez probablement déjà entendu le proverbe "l'argent ne fait pas le bonheur".


Cette croyance découle d'un article publié en 2010 par le prix Nobel Daniel Kahneman et l'économiste Angus Deaton, qui a profondément modifié notre compréhension du lien entre l'argent et le bonheur.


Leur papier a révélé que bien qu'un revenu plus élevé améliore la perception que les gens ont de leur vie, il n'a pas d'impact significatif sur leur bien-être émotionnel quotidien passé un certain seuil de revenu.


En d'autres termes, si gagner plus peut vous faire vous sentir mieux dans votre vie globale, cela ne vous rendra pas nécessairement plus heureux au quotidien une fois que vous gagnez plus de 75 000 $ par an.


Cette conclusion a non seulement remis en question notre compréhension de ce qui apporte le véritable bonheur, mais a aussi alimenté un débat plus large sur le rôle de l'argent dans nos vies.


L'étude de Kahneman et Deaton a analysé les réponses de plus de 450 000 résidents américains et a trouvé que la satisfaction de vie augmente constamment avec le revenu. Le bien-être émotionnel lui, augmente avec le revenu jusqu'à 75 000 $, puis se stabilise.


Cette découverte a secoué le monde de la recherche sur le bonheur et a été largement popularisée par les médias.


Cela dit, une étude de 2021 de Matthew Killingsworth intitulée "Le bien-être ressenti augmente avec le revenu, même au-delà de 75 000 $ par an" a remis en question cette idée en contredisant les résultats de l'étude de 2010. Killingsworth a constaté que plus les gens gagnaient d'argent, plus ils étaient heureux, peu importe combien ils gagnaient déjà.


Pourquoi les conclusions de Killingsworth sont-elles si différentes de celles de Kahneman et Deaton ?


La clé résidait dans sa source de données. Killingsworth a utilisé une application appelée "Track Your Happiness", qui a recueilli des données en temps réel auprès de plus de 33 000 adultes américains en emploi en leur demandant aléatoirement leur humeur et leurs activités au cours de la journée. Cela lui a permis d'obtenir une mesure plus précise du bien-être émotionnel.


Cela signifie-t-il que les résultats de Killingsworth étaient corrects et ceux de Kahneman et Deaton incorrects ? Pas nécessairement. Bien que la conclusion de Killingsworth semble contredire celle de Kahneman et Deaton, il y avait un peu plus à l'histoire. Heureusement, plus tôt cette année, Killingsworth et Kahneman ont publié un article commun qui a résolu ce conflit.


Dans leur article commun, Killingsworth et Kahneman ont conclu que les deux études n'étaient pas vraiment en contradiction. Leurs différences s'expliquaient principalement par les différentes méthodes de mesure du bonheur.


Kahneman et Deaton se sont concentrés sur le "bien-être émotionnel", mesurant les émotions positives et négatives que les gens ressentaient au quotidien. Ils ont découvert que, bien que l'argent puisse réduire la tristesse et le stress, il n'a pas augmenté les sentiments de joie ou de bonheur après le seuil de 75 000 $.


De l'autre côté, Killingsworth a mesuré le "bien-être ressenti", qui est une évaluation générale de la qualité de vie d'une personne. Il a constaté que plus les gens gagnaient, plus ils évaluaient positivement leur vie, sans limite apparente.


Cela signifie que l'argent peut en effet améliorer notre satisfaction de vie globale, mais il ne semble pas augmenter notre bonheur au jour le jour après un certain seuil de revenu.


Autre élément à noter : le seuil de 75 000 $ mentionné dans l'étude de Kahneman et Deaton n'est pas un chiffre absolu. Il peut varier en fonction du coût de la vie dans votre région. Par exemple, dans des villes comme New York ou Paris, le seuil est logiquement beaucoup plus élevé.


Finalement, l'argent peut acheter une certaine forme de bonheur – le sentiment de satisfaction et de réussite. Il est moins capable d'acheter le bonheur quotidien, qui semble dépendre davantage de facteurs non financiers tels que les relations, la santé mentale et physique, et un sens de but dans la vie.


D'où l'importance d'équilibrer notre quête d'argent avec d'autres domaines de la vie tout aussi essentiels à notre bien-être global.


Si cet article a attisé votre curiosité et que vous souhaitez devenir money smart, vous pouvez vous abonner à notre newsletter hebdo gratuite en bas de cette page 👇

Merci pour votre soutien ! 🙏

 

bigfish investing applique une charte de transparence. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre politique de transparence dédiée.


Baptiste Martin

Baptiste est rédacteur chez bigfish investing. Spécialiste de la modélisation financière, Baptiste scrute chaque mois les comptes de centaines d'entreprises pour n'en garder que la crème de la crème.

Comentarios


Bien plus que des news.
Des idées.

Deux fois par mois, nous décryptons pour vous un fait d'actualité, ou une nouvelle étude pertinente pour votre portefeuille, à parcourir en moins de 3 minutes. C'est gratuit.

A très bientôt...Pensez à vérifier vos spams !

Robot.png
bottom of page