top of page

Découvrez bigfish news, notre newsletter pour décrypter l'actu sans jargon (c'est gratuit !)

Comprendre les rémunérations à base d'actions

Dernière mise à jour : 25 juin 2023



Les rémunérations à base d'actions représentent l'une des notions les plus clivantes, et les plus difficiles à appréhender en investissement. Pourtant, comprendre de quoi il s'agit est essentiel.


Sur le papier, l'idée est simple. Au lieu de rémunérer leurs employés en salaire, certaines entreprises font le choix de leur verser des actions. Cela permet de les responsabiliser, en les liant au destin de l'entreprise.


Ainsi, si le cours de l'entreprise monte, la rémunération des employés monte, et inversement.


Cela a plusieurs avantages pour l'entreprise :

  • Cela n'entame pas sa trésorerie ;

  • Cela présente des avantages fiscaux, en réduisant son bénéfice imposable ;

  • Cela pousse les employés à rester dans l'entreprise pour une certaine durée (souvent, ceux-ci ne perçoivent pas leurs actions avant 3-4 ans passés dans l'entreprise)

C'est sur ce premier point que les débats font rage : "cela n'entame pas la trésorerie de l'entreprise". Au sens strict, c'est factuellement vrai. Mais pour les investisseurs, la réalité est quelque peu différente.


Car les rémunérations à base d'actions ont un double effet négatif sur le montant des bénéfices par action :

  • Elles réduisent le bénéfice total de l'entreprise (puisqu'elles sont à reporter dans le compte de résultat) ;

  • Surtout, elles augmentent le nombre total d'actions en circulation.

Supposons que vous ayez n actions McDonald's qui représentent 1% de l'actionnariat de l'entreprise. Ces n mêmes actions peuvent ne représenter plus que 0.5% de l'actionnariat si l'entreprise dilue son actionnariat en multipliant par deux le nombre d'actions en circulation. Bref, vous perdez des parts de l'entreprise sans même vous en rendre compte.


Forcément, les entreprises n'aiment pas beaucoup comptabiliser ce poste de dépenses, pourtant obligatoire dans la comptabilité GAAP (Generally Accepted Accounting Principles). La plupart excluent donc ce poste de leur reporting non-GAAP.


Les sociétés tech sont généralement les plus adeptes de ce type de rémunération. Palantir est probablement champion toutes catégories en la matière, avec 8,8% de dilution rien que sur les 12 derniers mois (c'est énorme !). Rien qu'au Q1 2023, la société a versé 115m$ de rémunérations à base d'actions. Il s'agit là d'une force qui pousse mécaniquement le cours de l'action à la baisse au fil du temps.


A contrario, si vous cherchez un emploi dans la tech, vous avez tout intérêt à vous orienter vers des entreprises qui rémunèrent grassement sur la base d'actions :)


Alors, faut-il les prendre en compte ou non en tant qu'investisseurs ?


Certains pensent que oui, d'autres que non. Il n'y a pas de vérité.


Buffett pense que oui, et pour être honnête, son argumentaire tient plutôt la route :


"Si les rémunérations à base d'actions ne sont pas une forme de rémunération, que sont-elles ? Si les rémunérations ne sont pas une dépense, que sont-elles ? Et, si les dépenses ne devaient pas être comptabilisées dans les résultats dans une entreprise, où diable devraient-elles aller ?"


Pour y remédier, certains investisseurs soustraient les rémunérations à base d'actions du free cash flow, pour avoir une idée du free cash flow "réel" d'une entreprise. Pour notre part, nous gardons généralement en tête le principe suivant :

  • <1%/an : feu vert

  • 1-3% : acceptable

  • 3-5% : excessif, mais pas rédhibitoire

  • >5% : beaucoup trop !

Si cet article a attisé votre curiosité et que vous souhaitez devenir money smart, vous pouvez vous abonner à notre newsletter hebdo gratuite en bas de cette page 👇

Merci pour votre soutien ! 🙏

 

bigfish investing applique une charte de transparence. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre politique de transparence dédiée.


Baptiste Martin

Baptiste est rédacteur chez bigfish investing. Spécialiste de la modélisation financière, Baptiste scrute chaque mois les comptes de centaines d'entreprises pour n'en garder que la crème de la crème.

Comments


Bien plus que des news.
Des idées.

Deux fois par mois, nous décryptons pour vous un fait d'actualité, ou une nouvelle étude pertinente pour votre portefeuille, à parcourir en moins de 3 minutes. C'est gratuit.

A très bientôt...Pensez à vérifier vos spams !

Robot.png
bottom of page