Découvrez bigfish news, notre newsletter pour décrypter l'actu sans jargon (c'est gratuit !)

Qu'est-ce (réellement) qu'une obligation ?

Dernière mise à jour : 1 oct. 2021



Vous avez toujours rêvé de jouer les banquiers dans votre enfance ? Vous aurez peut-être une occasion de vous rattraper ici avec les obligations.


Relativement peu présentes dans les portefeuilles des Français, les obligations représentent pourtant être un bon moyen de lisser la volatilité de votre portefeuille tout en percevant des revenus réguliers. Tour d'observation.


Qu'est-ce-qu'une obligation ?


Qu'est-ce-qu' une obligation ? Lorsque vous achetez une voiture, un appartement ou un nouveau téléviseur, vous avez parfois besoin de vous endetter. Pour cela, vous allez voir votre banquier, qui va étudier avec attention votre dossier. En fonction de la qualité de votre dossier, vous aurez un taux d'intérêt plus ou moins élevé.


Ce taux dépendra du risque que le banquier prend : au plus vos chances de lui faire défaut lui sembleront élevées, au plus ce taux sera élevé.


Les obligations fonctionnent exactement sur le même principe. La seule différence est que celui qui emprunte n'est pas vous, mais peut être :

  • Un Etat : étant donné le faible risque de défaut, les intérêts sont généralement très bas. Celles de l'Etat Français sont nommées OAT (Obligations Assimilables du Trésor),

  • Un organisme public : collectivités territoriales, mairies...désireuses de financer un projet,

  • Une entreprise : offre des intérêts généralement plus élevés, variables selon la santé de l'entreprise.

Par exemple, en souscrivant à une obligation de Total de 10,000€ sur 5 ans à 4%, chaque année, Total vous versera 4% x 10,000€ = 400€, et vous rendra vos 10,000€ empruntés après 5 ans.



Ces obligations ne vous disent rien ? Elles sont pourtant un moyen extrêmement populaire de lever de l'argent pour ces organisations. En 2014, le marché obligataire mondial s'élevait ainsi à 150,000 milliards de dollars, soit 66% du marché de la dette. C'est deux fois plus que le marché des actions (!)


Principe


Si le fonctionnement est le même que lorsque vous empruntez à votre banque, quelques subtilités existent. Contrairement à un prêt bancaire, une obligation peut durer à perpétuité. Autrement dit, l'emprunteur ne vous rendra jamais l'argent, mais vous versera des intérêts jusqu'à la fin de vos jours.


Ce qu'on appelle intérêts pour un prêt bancaire se nomme coupon dans le jargon des obligations. Le montant de ces coupons peut être fixe, ou varier au fil du temps. Le montant du coupon est généralement déterminé par la santé de l'emprunteur. C'est là qu'entrent en jeu les agences de notations.


Vous avez sûrement déjà entendu parler de Moody's, Standard & Poor's, ou Fitch. Le rôle de ces agences est de noter chaque organisation en fonction de sa capacité à honorer l'obligation.



Ainsi, un Etat noté BB+ par Standard & Poor's inspirera moins confiance qu'un autre noté AAA. En conséquence, cet Etat devra proposer une obligation aux conditions plus attractives que celui noté AAA s'il veut trouver preneur.


Avantages


Les obligations peuvent vous faire gagner de l'argent de deux manières :

  • En collectant les coupons jusqu'au terme de l'obligation (généralement versés 2x par an)

  • En revendant l'obligation plus cher que vous ne l'avez achetée. Cela peut arriver si la note de l'émetteur est entre temps revue à la hausse par les agences de notations, ou que l'émetteur ouvre de nouvelles obligations aux conditions moins juteuses que la vôtre.

Finalement, l'obligation s'apparente plus à de l'immobilier locatif qu'au marché des actions.


Les obligations présentent ainsi des avantages certains :

  • Volatilité : les obligations fluctuent beaucoup moins que les actions. Elles permettent donc d'apporter de la stabilité à votre portefeuille,

  • Sécurité : les chances de défaut d'une obligation sont limitées,

  • Des revenus récurrents : tout comme de l'immobilier locatif, les obligations vous permettent de percevoir des revenus à intervalles réguliers, dont le montant est connu à l'avance,

  • Intérêt moral : en souscrivant à des organismes publics, votre argent permet de soutenir des causes qui vous importent, comme celle d'un hôpital ou, d'un pont dans votre ville par exemple,

  • Corrélation négative avec les actions : la performance des obligations tend à augmenter lorsque celle des actions baisse, et vice-versa. Ainsi, la présence de quelques obligations au sein d'un gros portefeuille d'actions permet d'atténuer la chute d'un portefeuille en cas de krach,

Vous l'avez compris, les obligations sont particulièrement appropriées pour les investisseurs en quête de stabilité.


Inconvénients

  • Faible performance : les rendements des obligations sont bien moins élevés que les actions,

  • Faible liquidité : comme un prêt, vous ne pouvez pas récupérer votre argent à votre guise,

  • La variation des taux : si vous avez souscrit auprès de Total une obligation sur 20 ans à 2%, mais qu'un mois après Total émet une nouvelle obligation sur 20 ans à 3%, alors votre obligation perdra en valeur, et vous ne pourrez pas la renégocier,

  • Accessibilité : il n'est pas aussi simple d'investir dans des obligations que dans des actions en 3 clics. Le marché des obligations est beaucoup moins transparent que celui des actions.


Conclusion


Les obligations présentent des caractéristiques intéressantes pour les investisseurs souhaitant bénéficier de revenus stables, prédictibles, peu risqués.


Mais pour qui souhaite réaliser un investissement de ce type, nous ne recommanderions pas les obligations. L'immobilier nous semble plus attractif que les obligations pour les raisons suivantes :

  • Vous pouvez bénéficier de l'effet de levier, ce n'est pas le cas pour des obligations (emprunter pour prêter n'aurait pas beaucoup de sens !)

  • Les rendements sont généralement meilleurs, d'autant plus que certains dispositifs fiscaux vous permettent d'alléger vos impôts (LMNP notamment)


On en convient, l'immobilier vous prendra probablement plus de temps. Vous pouvez néanmoins facilement y remédier comme suit :

  • Déléguer la gestion de votre bien à une agence (frais déductibles si au régime réel)

  • Souscrire des parts de SCPI

  • Investir dans le crowdfunding immobilier (pas de crédit possible en revanche)

  • Investir dans des résidences seniors, dont la gestion locative est incluse

Toutes ces options vous feront probablement gagner plus que des obligations, pour une tranquillité très appréciable notamment quand vient l'âge de la retraite.

 

bigfish applique une charte de transparence. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre politique de transparence dédiée.


François Sockeel

François est le fondateur de bigfish. Son action favorite est Crowdstrike, pour sa capacité à maintenir une avance technologique considérable sur un marché de la cybersécurité en plein essor.

Posts similaires

Voir tout