Découvrez bigfish news, notre nouvelle newsletter pour décrypter l'actu sans jargon (c'est gratuit !)

Et si la guerre du streaming ne faisait que commencer ?



Spotify côté audio, Netflix côté vidéo : deux mastodontes du streaming dont le règne sans partage semblait encore résister au poids des années jusqu'il y a peu. Mais y a t-il vraiment encore de quoi se montrer optimiste ?


Il faut dire que l'horizon commence sérieusement à s'obscurcir pour ces deux géants.


Netflix a chuté de -23% à la publication de ses résultats jeudi dernier. Si une telle baisse pourrait presque sembler anecdotique au vu de la tempête que traversent les marchés actuellement, la seule baisse des marchés ne saurait justifier une telle correction ici.


Disney +, Amazon Prime Video, Apple TV+, HBO Max (OCS en France), Paramount+, sans compter la pléthore d'autres acteurs locaux...En quelques années à peine, tous ces acteurs sont venus s'inviter à la fête pour venir croquer une part croissante du marché de Netflix ; avec des moyens à la hauteur de leurs ambitions.


Jusqu'à présent, le PDG de Netflix s'était toujours montré particulièrement serein quant à cette menace. Celui-ci s'appuyait principalement sur le fait que le temps passé sur Netflix n'était encore qu'à peine 10% de celui passé devant la télévision aux Etats-Unis, insinuant que le marché était encore largement assez grand pour croître sans avoir à se soucier de la concurrence.


Jusqu'à cette petite phrase, glissée à demi mots lors des résultats publiés la semaine dernière : "cette nouvelle concurrence pourrait bien éroder notre croissance...". Un aveu lourd de sens pour le groupe, qui en dit long sur la vitesse à laquelle ces nouveaux entrants parviennent à faire leur nid.


La volonté de Netflix de se développer dans les jeux vidéo pourrait bien lui donner une bouffée d'oxygène ; mais là encore, le groupe dispose d'une fenêtre de tir réduite, alors que d'autres géants comme Microsoft continuent d'accroître leurs investissements sur ce marché.


Pour ne rien arranger, la firme de Los Gatos a annoncé qu'elle allait une nouvelle fois devoir augmenter ses tarifs afin de préserver son leadership. Mais cette décision sera-t-elle suffisante ? Ou au contraire, achèvera t-elle de convaincre ses abonnés de partir à la concurrence ?


Jusqu'à présent, la bataille a été moins spectaculaire pour Spotify. Il faut dire que le groupe suédois dispose toujours d'une part de marché très confortable, bien loin devant son dauphin, Apple Music.


Mais ne vous y méprenez pas. Apple Music a fait croître ses revenus de +25% l'an dernier, quand Youtube a déjà pris +50%. De 34% en 2019, la part de marché de Spotify est ainsi descendue, lentement mais sûrement, à 31% cette année.


Sans sérieuse innovation, Spotify devra probablement s'habituer à ce que ses concurrents viennent lui mordiller les mollets un peu plus chaque année.


A l'instar de Netflix pour les jeux vidéo, le groupe mise sur le marché des podcasts pour préserver son leadership... Mais cela sera-t-il suffisant ?


Jadis perçus comme visionnaires, Spotify et Netflix nous démontrent que sans un rythme continu d'innovations dans notre monde actuel, bien malin sera celui qui parviendra à rester durablement sur son trône..

 

bigfish investing applique une charte de transparence. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre politique de transparence dédiée.


François Sockeel

François est le fondateur de bigfish investing. Son action favorite est Crowdstrike, pour sa capacité à maintenir une avance technologique considérable sur un marché de la cybersécurité en plein essor.