Découvrez bigfish news, notre nouvelle newsletter pour décrypter l'actu sans jargon (c'est gratuit !)

Véhicules autonomes : un nouvel eldorado en perspective

Dernière mise à jour : 25 mars



Encore à ses prémices, le marché des véhicules autonomes devrait engendrer des profits colossaux au cours des prochaines années, allant bien plus loin que la simple vente de véhicules. Décryptage.


C'est une nouvelle étape vers le déploiement à grande échelle des véhicules autonomes qui vient d'être franchie. Jeudi dernier, l'Administration Nationale de la Sécurité Routière des États-Unis a supprimé l'obligation pour les constructeurs d'embarquer dans chaque véhicule autonome des commandes manuelles en cas d'urgence.


En parallèle, le grand public semble de plus en plus réceptif à l'idée de se laisser conduire par un algorithme. Autant de vents favorables pour les entreprises se positionnant sur ce juteux segment.



De fait, la bataille pour ce (très) juteux marché n'a fait que s'intensifier ces dernières années. En particulier, Waymo (filiale d'Alphabet) et Tesla sont en course pour être les premiers en mesure de produire des véhicules autonomes à grande échelle.


Inutile de préciser que ces géants n'investissent pas dans cette technologie à coups de milliards par charité. Evalué à 22mds$ en 2021, le marché des véhicules autonomes devrait atteindre 76mds$ d'ici 2027, impliquant une croissance annuelle d'environ 23%. Et si ces 76mds$ peuvent déjà sembler attractifs, nous pensons qu'ils ne représentent en réalité qu'une goutte d'eau au regard des possibilités de croissance offertes par une conduite autonome.


L'arbre qui cache la forêt


D'abord, car de tels systèmes permettront de diminuer considérablement le coût des taxis/VTC. Tesla comme Waymo ont alors tout intérêt à développer leur propre service de VTC, et ainsi accroître considérablement leur marché adressable. Waymo a par exemple déjà lancé son service Waymo One pour répondre à ce besoin.


Selon ARK Research, le coût d'un mile de trajet avec un véhicule autonome pourrait ainsi tomber à 0.25$ en 2030, contre 0.7$ avec un véhicule traditionnel. En ajoutant à cela l'absence de chauffeur, un trajet en taxi Manhattan - Aéroport de JFK pourrait ainsi tomber à 10$, contre 65$ aujourd'hui...Faisant ainsi très mal aux plateformes de VTC et autres réseaux de taxi traditionnels. Uber, Kapten, etc. pourraient donc avoir du souci à se faire au cours des 10 prochaines années.


Mais ce n'est pas tout. Nous pensons que Tesla comme Waymo pourraient également tirer profit de cette technologie via leur offre d'assurance, qui devrait s'avérer à la fois bien plus attractive, mais aussi lucrative que les assurances auto traditionnelles. La raison peut se résumer en un mot : la donnée. Et ce, que le véhicule soit conduit en mode autonome ou non.



Les assurances de ces groupes étant ajustées en temps réel en fonction de la conduite du conducteur, elles seront ainsi en mesure de faire baisser la facture lorsque celui-ci conduira en pilote automatique, la conduite étant bien plus sûre. Résultat : des économies supplémentaires pour le conducteur, qui permettront d'attirer d'autant plus de monde vers ces modèles. L'offre de Tesla, Tesla Insurance, tend déjà vers ce modèle.


Bref, qu'il s'agisse de Waymo, Tesla ou même, plus surprenant, Boeing, tous ces groupes ont le potentiel de croître de manière exponentielle dès qu'ils seront autorisés à circuler librement dans nos villes.


Patience toutefois. Car le développement de cette technologie n'est pas sans poser problème, même aux groupes leaders. Depuis 2015, Elon Musk n'a cessé de promettre la sortie d'une voiture 100% autonome à moyen terme. Force est de constater que la tâche s'est avérée bien plus difficile que prévu, alors que Tesla a déjà connu plusieurs accidents avec ses systèmes semi-autonomes.


Pour découvrir les actions que nous estimons les plus susceptibles de battre le marché au cours des cinq prochaines années, découvrez aujourd'hui notre service de sélection d'actions et bénéficiez de 30 jours d'essai offerts.

 

bigfish investing applique une charte de transparence. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre politique de transparence dédiée.


François Sockeel

François est le fondateur de bigfish investing. Son action favorite est Crowdstrike, pour sa capacité à maintenir une avance technologique considérable sur un marché de la cybersécurité en plein essor.