Découvrez bigfish news, notre nouvelle newsletter pour décrypter l'actu sans jargon (c'est gratuit !)

Twilio et Asana seront les deux premières valeurs du Long-Term Stock Exchange

Dernière mise à jour : 16 juil. 2021



Ce n'est pas tous les jours qu'une nouvelle place boursière émerge. Et si LTSE fait autant parler d'elle, c'est qu'elle répond à un mal chronique affectant la plupart des sociétés cotées : la priorisation de la performance de court-terme.


Cette nouvelle bourse de valeurs de la Silicon Valley, nommée sobrement Long-Term Stock Exchange, a pour objectif de faire la part belle aux sociétés priorisant la performance de long terme.


Une ambition qui prend tout son sens aujourd'hui, alors qu'émerge une nouvelle génération de jeunes boursicoteurs dont le principal objectif est de faire de l'argent en bourse le plus rapidement possible sur des actions, souvent sans fondamentaux réels.


Malgré cette belle promesse, LTSE a pourtant éprouvé quelques difficultés à trouver de nouvelles sociétés depuis son lancement en septembre 2020.


Pour rejoindre cette nouvelle place boursière, les sociétés doivent remplir cinq grands principes :

  • Avoir un plan concret visant à innover et à créer de nouveaux produits/services pour les générations futures

  • Définir le succès de l'entreprise autour d'une croissance de long terme, et non des fluctuations quotidiennes du cours d'action

  • Aligner la rémunération de l'équipe dirigeante sur le succès de long terme de l'entreprise

  • Une politique spécifique sur la relation qu'entretient l'entreprises avec ses actionnaires de long terme.

  • Avoir une politique spécifique favorisant les intérêts de l'ensemble des parties prenantes de l'entreprise.

Ainsi, Asana (NYSE: ASAN) et Twilio (NYSE: TWLO) , deux spécialistes des logiciels aux capitalisations respectives de 10 et 67 milliards de dollars, seront dès le mois d'Août les toutes premières sociétés à se "double-lister" (elles étaient déjà cotées au New York Stock Exchange et continueront d'y figurer) au LTSE. A noter qu'elles possédaient toutes deux des parts dans LTSE.


L'intérêt pour ces deux sociétés américaines est d'envoyer un signal fort aux marchés : elles visent un succès sur la durée, et en conformité avec les plus hauts standards de durabilité.



Un critère d'importance croissante pour de nombreux investisseurs, qui pourrait les aider à faire croître d'avantage leur capitalisation.


Ce double enregistrement pourrait donner des idées à de nouveaux groupes de suivre le mouvement. Asana et Twilio n'étant pas des petites entreprises, leur confiance accordée à LTSE devrait achever de convaincre les sociétés dubitatives quant à cette nouvelle place boursière.


Que le Long-Term Stock Exchange soit un succès ou non, nous ne pouvons que nous réjouir de cette initiative. Au fil des décennies, les investisseurs ont considérablement diminué la durée de détention de leurs investissements, passant de 8 ans en moyenne dans les années 60 à moins d'un an aujourd'hui.

Une telle évolution influence grandement les comportements des dirigeants des entreprises cotées, qui tendent à prioriser de bons résultats trimestriels sur leur vision de long terme. L'apparition des quarterly guidances à la demande des départements de recherche des banques en est un symptôme.


Les entreprises doivent ainsi systématiquement s'engager sur leur performance pour le prochain trimestre, avec la menace de voir leur cours chuter si d'aventure elles ne parvenaient pas à tenir leur promesse.


Une logique qui pousse à ne se focaliser que sur le court-terme...Et bien rares sont celles qui s'y refusent en cessant de fournir cette fameuse guidance trimestrielle. C'est donc un véritable diktat du court-terme dont les sociétés cotées font l'objet aujourd'hui.


Dans un papier paru en 2018 dans The Wall Street Journal, Warren Buffett (PDG de Berkshire Hathaway) et Jamie Dimon (PDG de JP Morgan Chase) dénoncent le primat du court terme encouragé par les départements de recherche d'actions des banques, eux-mêmes répondant à la demande des hedge funds à fournir de tels indicateurs.

Ils y expliquent que ce phénomène ne fait pas qu'entraver la performance de long terme des entreprises, mais les empêche plus largement d'améliorer de manière durable la société dans laquelle nous vivons.


Ils exhortent ainsi les entreprises cotées à cesser d'annoncer leurs prochains résultats trimestriels en avance (les fameuses quarterly guidances). L'apparition du LTSE est un premier jalon dans ce sens...Une révolution est peut-être en marche.

 

bigfish applique une charte de transparence. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre politique de transparence dédiée.