Découvrez bigfish news, notre nouvelle newsletter pour décrypter l'actu sans jargon (c'est gratuit !)

Top 5 des pays où vivre de ses rentes en bourse

Dernière mise à jour : 15 juil. 2021

Comme de nombreux adeptes du mouvement FIRE (Financial Independence Retire Early), vous cherchez peut-être à arrêter de travailler le plus tôt possible pour vivre de vos investissements.


Nous avons vu avec la règle de Bengen ou règle des 4% que prendre sa retraite demandait un certain niveau de patrimoine : 1,5m€ par exemple pour vivre avec 50k€/an, sans compter sur le fait que ces 50k€ soient avant impôts.



La bonne nouvelle, c'est qu'en vous expatriant, il est possible de réduire considérablement les montants de vos retraits, et donc le montant de patrimoine dont vous avez besoin pour arrêter de travailler. L'expatriation a deux effets :

  • Réduire vos dépenses pour une même qualité de vie,

  • Surtout, réduire l'imposition qui s'appliquera sur vos retraits.

Pour reprendre l'exemple précédent, 50k€ de plus value réalisée en France deviennent 35k€ nets si investis via un compte-titres, 41,4k€ nets via un PEA. A contrario, certains pays n'imposent pas les cessions de plus-values mobilières, vous permettant d'accroître de manière substantielle votre niveau de vie.



Problème, la plupart de ces pays ont un coût de la vie prohibitif : on peut citer Hong Kong, les Emirats Arabes Unis, ou la Suisse par exemple. De tels coûts de vie annulent complètement l'impact positif de leur fiscalité.


Nous avons donc analysé pour vous les pays disposant à la fois d'un coût de la vie nettement inférieur à la France, et à la fois une fiscalité faible voire nulle sur les plus-values de cessions mobilières. Pour mesurer le coût de la vie local, nous avons comparé via le site numbeo.com le différentiel entre l'indice "coût de la vie plus loyer" de la France avec celui du pays concerné.


BRESIL



Rio, les chutes d'Iguaçu, la forêt Amazonienne...Le Brésil est probablement l'un des pays d'Amérique Latine aux décors les plus somptueux.


Il l'est encore plus si vous souhaitez vivre de vos rentes en bourse : sa monnaie, le real brésilien, a perdu 50% en 4 ans, une véritable aubaine pour les étrangers. Avec un coût de la vie en moyenne 63% moins élevé qu'en France, votre pouvoir d'achat s'en ressentira rapidement.


Le Brésil ne prélève pas d'impôts sur la plus-value de cessions mobilières tant que vos ventes d'actions restent inférieures à 35,000 real par mois (= environ 5,300€ au moment d'écrire ces lignes). Vous pouvez donc vivre avec une rente mensuelle allant jusqu'à 5,300€ sans être redevable d'impôts.


Si le taux de criminalité du pays reste élevé avec près de 30 homicides pour 100k habitants, en choisissant bien la ville et le quartier dans lesquels vous vous installez, vous devriez pouvoir profiter de ce magnifique pays en toute sécurité.


MALAISIE



Ce pays a la croissance fulgurante (son PIB/habitant a été multiplié par 3 entre 1998 et 2018) a non seulement aboli l'impôt sur les cessions de plus-value mobilières comme son voisin Singapourien, mais également l'impôt sur les plus-values immobilières depuis 2007.


Sa capitale Kuala Lumpur est un véritable hub aérien avec le reste de l'Asie, idéal donc pour rayonner sur le continent. Surtout, contrairement à Singapour, le pays bénéficie d'un coût de la vie très modeste, 53% moins élevé qu'en France à niveau de vie comparable.


Et ce n'est pas tout : le système fiscal malaisien fait que les sources de revenus étrangères ne sont pas taxables. Parfait donc si vous disposez d'une activité opérant en France.


PEROU



Le Pérou ne se résume pas qu'au Machu Picchu, loin s'en faut. Le pays bénéficie d'une exceptionnelle diversité géographique : des plages paradisiaques à l'extrême nord du pays, de grandes métropoles telles que Lima ou Arequipa, sans oublier la Cordillère des Andes et la forêt amazonienne.


Avec un taux d'homicides volontaires de 7,7 pour 100k habitants, le pays est plus sûr que la moyenne du continent latino-américain. Surtout, avec seulement 5% de taxe sur les plus-values mobilières, et un coût de la vie 55% moins élevé qu'en France, il en fait une destination de choix pour tout retraité en quête d'aventure.


SRI LANKA