Découvrez bigfish news, notre nouvelle newsletter pour décrypter l'actu sans jargon (c'est gratuit !)

Pourquoi les récessions sont inévitables (et comment agir en conséquence)

Dernière mise à jour : 14 juil.



Cette semaine, les marchés ont prolongé leur bain de sang, une récession n'a jamais semblé aussi inéluctable, un hedge funds de 10mds$ pourrait entrer en liquidation, et la FED a annoncé un nouveau tour de vis. La routine en somme.


Si l'on jette un coup d'œil au célèbre Fear & Greed Index, celui-ci est en plein Extreme Fear (peur extrême), comme rarement cela est arrivé dans notre histoire moderne. Wow.

Si vous ne vous sentez pas en situation de "peur extrême" comme la moyenne des marchés, parfait. Sinon, nous vous proposons de sortir un instant la tête du guidon.


Pourquoi les récessions sont inévitables


Permettez-moi de vous partager une vérité intemporelle sur l'argent :

  • Si les marchés n'étaient pas volatils, ils ne s'effondreraient jamais.

  • S'ils ne s'effrondrent jamais, ils deviennent chers.

  • S'ils sont considérés comme "chers" par leurs parties prenantes, cela signifie qu'ils finiront tôt ou tard par être rabaissés par ces mêmes parties prenantes à leur cours normal, et donc, s'effondrer.

Bref : si les marchés ne s'effondraient pas, ils seraient de plus en plus susceptibles de s'effondrer au fil du temps...Jusqu'à effectivement s'effondrer.


Pour les récessions, c'est la même histoire :

  • Lorsque l'économie est stable, les gens deviennent optimistes.

  • Lorsqu'ils sont optimistes, ils s'endettent.

  • Quand ils s'endettent, l'économie devient instable.

Et quand l'économie est instable, on finit par avoir une récession. Plus cette instabilité perdure, plus la probabilité qu'une récession survienne augmente. C'est la vie.


L'absence de récessions plante les graines de la prochaine récession, c'est pourquoi nous ne pouvons jamais nous en débarrasser. En d'autres termes, la stabilité est par essence déstabilisante.



Est-ce grave docteur ? Absolument pas. C'est même une très bonne nouvelle. Il y a quelques jours, une spécialiste annonçait ainsi sur un plateau télé américain :


"La bourse est bien le seul endroit où les gens sont tristes lorsque ce sont les soldes !"


On vous le concède, la notion de soldes est toute relative. Certains argueront que les valorisations étaient artificiellement gonflées par les banques centrales avant, et qu'il ne s'agit donc là que d'un retour à la normale. Les autres répliqueront que cet écart de valorisation entre sociétés matures et à forte croissance se justifiait (et se justifie toujours) par des caractéristiques exceptionnelles des sociétés à forte croissance ; et que celles-ci atteignent aujourd'hui des valorisations si basses (~20% en dessous des moyennes historiques enregistrées depuis 2015 pour les sociétés cloud), qu'il est devenu indubitable que oui, aujourd'hui, ce sont bel et bien les soldes.



Nous préférons ne pas prendre part à ces débats. Les valorisations sont et resteront imprévisibles. La qualité des sociétés dans lesquelles vous investissez, beaucoup moins. Votre temps est précieux, et ne devrait pas être consacré à chercher à prédire l'imprévisible.


Comme le disait le célèbre investisseur Peter Lynch, que vous le vouliez ou non :

  • Tous les deux ans environ, les marchés subissent une correction de 10%.

  • Tous les six ans environ, les marchés subissent une correction de 25%.

C'est là toute la beauté des marchés : à la fois imprévisibles, et en même temps, tellement prévisibles. Lynch a réalisé cette affirmation en 1994, et force est de constater qu'elle s'applique toujours parfaitement aujourd'hui.


Dès lors, comment réagir ?


Si vous considérez chaque récession, chaque krach boursier et chaque bulle alimentés par la dette comme une nouvelle preuve de la folie des marchés, vous risquez à terme de devenir cynique et de perdre confiance en l'avenir, ce qui vous empêchera d'être optimiste... Alors même qu'il s'agit d'une des qualités les plus importantes de l'investisseur de long terme. Au cas où vous l'auriez oublié :



Conclusion


Si vous considérez ces corrections comme inévitables, vous vous rendrez compte qu'elles font partie intégrante du voyage, et qu'elles sont un excellent rappel que vous devez toujours garder votre ceinture attachée. Et ce, même quand la tentation d'appuyer sur le champignon (effet de levier, meme stocks...) se fait pressante.


Rien de tout cela n&#