Découvrez bigfish news, notre newsletter pour décrypter l'actu sans jargon (c'est gratuit !)

Pourquoi investir ?

Dernière mise à jour : 16 avr.



Tout d'abord, félicitations !


Si vous êtes en train de lire ces lignes, vous avez fait le plus gros. Vous êtes désireux de mieux comprendre l'intérêt d'investir en bourse, et vous avez sonné à la bonne porte.


Vous serez peut-être surpris d'apprendre qu'un investissement de 10,000€ dans le S&P500 (l'équivalent du CAC40 américain) en janvier 1980 vous vaudrait la coquette somme d’1 million d'euros aujourd'hui.

Evolution du S&P500 de 1950 à 2016 (ne prend pas en compte les dividendes versés)

Avec un rendement annualisé de +11.5% sur les 40 dernières années, les actions représentent de loin la classe d'actifs la plus rentable, devant l'immobilier.


Mais commençons par le commencement. Avant même de parler bourse, considérons l'investissement en général.


Pourquoi investir ?


Il existe deux principales manières de s'enrichir : via le salariat, ou via l'investissement. Beaucoup de Français concentrent leurs efforts sur leur emploi pour s'enrichir, et travaillent dur chaque mois pour espérer être augmentés.


Cela fonctionne bien sûr. Mais cette méthode n'est pas très rentable, et ce pour 3 raisons:

  • Les efforts à consentir pour obtenir une augmentation sont généralement élevés, étant donnée la part qu'occupe le travail dans nos vies. En comparaison, investir prend un peu de temps au démarrage, mais nettement moins une fois vos opérations mises en place,

  • Le temps nécessaire pour augmenter son salaire est bien long. Une augmentation de 5% par an est déjà une prouesse dans de nombreuses entreprises ; même à ce rythme, il vous faudra plus de 15 ans pour doubler votre salaire. En comparaison, investir peut permettre de bénéficier du mécanisme des intérêts composés et ainsi d'accroître d'autant plus vite votre patrimoine. Nous allons revenir sur ce point.

  • La fiscalité : le travail en France est lourdement taxé par rapport à l'investissement. Vérifions cela au travers d'un petit exemple.

Supposons que vous gagniez 40,000€ bruts annuels. Net après impôts, nous arrivons à environ 28,800€/an, soit une déperdition d'environ 28% sur votre brut.


Supposons maintenant que vous soyez augmenté de 5,000€ bruts. Malheureusement, ces 5,000€ ne seront pas taxés à 28%, car c'est la tranche marginale d'imposition sur le revenu qui est à prendre en compte.


Ces 5,000€ bruts d'augmentation représenteront après impôts environ 2,800€, soit une déperdition de 44%. Autrement dit, votre augmentation durement acquise est ponctionnée à hauteur de 44%. Naturellement, au plus le salaire sera élevé, au plus ce taux augmentera.



A titre de comparaison :

  • Les plus-values d'un PEA détenu depuis 5 ans ne sont taxées qu'à 17.2%

  • Les plus-values d'un compte-titres ordinaire sont taxées à 30%

  • Les loyers d'un appartement loué en micro-BIC, pour un investisseur disposant de revenus salariés de 40,000€ bruts, sont taxés à environ 24%

  • Les plus-values réalisées lors de la cession d'une résidence principale sont exonérées d'impôts

A gains égaux et net d'impôts, il est donc bien plus simple de gagner 1,000€ en concentrant ses efforts sur ses investissements que sur son travail.


Les intérêts composés


Mais nous arrivons au plus important, souvent omis par les épargnants. Investir n'est pas quelque chose que l'on ne pourrait faire qu'une fois dans sa vie. Les gains de vos investissements peuvent être réinvestis, et les gains de ces réinvestissements, réinvestis, etc. Ce faisant, vous initiez un véritable effet boule de neige, qui ne peut être obtenu via le travail.


Ce mécanisme, qu'on nomme celui des intérêts composés, a même été décrit par Einstein comme la 8ème merveille du monde, c'est dire ! Prenons un exemple pour en illustrer l'impact.


Vous décidez aujourd'hui de placer 10,000€ sur un placement à 10%/an. L'année 1, vous aurez donc gagné 1,000€.


Mais l'année 2, ce ne seront plus 1,000€, mais 1,100€ (10% x (10,000€ + 1,000€)) que vous gagnerez. Ces 100€ supplémentaires vous paraissent insignifiants ?


A l'année 30, ce seront pourtant 15,860€ que vous dégagerez par rapport à l'année 29. A l'année 50, 106,720€. En une année !


Les effets des intérêts composés paraissent bien souvent négligeables à court terme. Passer de 1,000€ l'année 1 à 1,100€ l'année 2 importe en effet moins à court terme que de recevoir directement une augmentation de 5,000€ de son patron.



C'est un véritable trompe l'œil, car ces 100€ de différence dans vos jeunes années vont en réalité avoir un impact bien plus grand sur le long terme que ces 5,000€ d'augmentation durement acquis. D'où l'intérêt de commencer à investir le plus tôt possible, et de réinvestir directement ses gains pour bénéficier des intérêts composés.


Et pourquoi la bourse ?


L'immobilier, l'or… Sont des classes d'actifs aux avantages certains. Néanmoins, nous sommes convaincus qu'aucune n'en présente autant que celle des actions. En voici les principaux :

  • Une performance qui dépasse celle de n'importe quelle autre classe d'actifs, et ce, sur à peu près n'importe quelle décennie depuis plus d'un siècle,

  • Une grande liquidité : votre argent est récupérable en seulement quelques clics,

  • Des frais particulièrement faibles, sauf à déléguer la gestion de votre portefeuille ce que nous déconseillons fortement (voir notre comparatif des courtiers les moins chers)

  • Une fiscalité avantageuse : 17.2% d'imposition via un PEA, 30% via un compte-titres,

  • Un investissement personnel sur mesure : rien ne vous oblige à y consacrer du temps, contrairement à l'immobilier par exemple où des contraintes peuvent survenir à tout moment. Il convient ainsi de définir votre profil d'investisseur,

  • La bourse est idéale pour bénéficier des intérêts composés, car vos gains sont en permanence réinvestis au lieu d'être automatiquement sortis en cash, comme des loyers pour un investissement locatif par exemple.


Plus qu'un intérêt financier


Résumer la bourse à un intérêt purement financier serait bien réducteur.


La bourse est le prisme à travers lequel des investisseurs du monde entier expriment leur interprétation des dynamiques du monde qui nous entoure.


Elle représente ainsi un formidable moyen d'ouverture sur le monde, et une opportunité d'aiguiser sa curiosité intellectuelle en quelques clics. Elle nous pousse à nous interroger sur les sujets les plus passionnants qui dessinent notre avenir, et à les confronter à notre sens critique : comment l'hydrogène pourrait-elle transformer la façon dont nous nous transportons ? Qu'est-ce-que l'édition génomique exactement, et quelles sont ses applications concrètes ?


La bourse concentre l'intelligence collective de millions d'investisseurs en temps réel. En ce sens, elle est censée porter un regard assez juste sur le monde qui nous entoure. C'est pourquoi il est si courant de regarder comment les marchés ont réagi à un évènement survenu dans le monde.



Pour autant, les marchés ne peuvent avoir systématiquement raison. Parce que nous réalisons tous, même collectivement, des jugements subjectifs. Parce qu'un tas de choses nous échappent. Parce que nous faisons des erreurs.


La bourse est une ouverture sur le monde, mais aussi un miroir rivé vers nous-même. Elle nous renvoie à notre psychologie humaine avec ses euphories, ses craintes, ses instincts grégaires. Mais aussi à notre Histoire.


Accéder en quelques clics aux réactions des marchés lors de grands évènements du siècle dernier nous permet de mesurer l'ampleur de ces évènements, et la panique qui les a entourés.