Découvrez bigfish news, notre nouvelle newsletter pour décrypter l'actu sans jargon (c'est gratuit !)

Les 3 mythes qui empêchent les particuliers Français de bien investir

Dernière mise à jour : 26 oct. 2021



Vous pensez encore que la bourse est réservée à des traders de la City en costume 3 pièces, prêts à ruiner les classes populaires ? Vous êtes probablement encore bercé par les nombreux mythes qui entourent la bourse.


En France en particulier, ces mythes vont de pair avec une forte méconnaissance de l'univers de l'investissement, amenant de nombreux particuliers à avoir une peur bleue de la bourse. Tour d'horizon.


1. "Investir est trop risqué"


Bien sûr, vous pouvez perdre de l'argent. Vous pouvez également tomber malade, manquer votre train, ou encore oublier votre rendez-vous chez le médecin. En fait, nous pouvons même vous garantir une chose : tous ces évènements vont avec quasi-certitude vous arriver un jour.


Plutôt que de craindre ce genre d'évènements et de se barricader chez soi, il convient plutôt d'accepter qu'ils surviendront un jour, et prendre les bonnes précautions pour limiter leur occurrence.



Il est très probable que votre portefeuille tombe à un moment ou un autre dans le rouge dans votre vie d'investisseur. Toutefois, en diversifiant vos positions et en gardant un horizon de long terme (> 5 ans), vous limiterez grandement vos chances de voir votre portefeuille en négatif sur des périodes prolongées.


Rappelons qu'historiquement, les marchés américains comme européens n'ont jamais été négatifs sur un horizon d'investissement de 20 ans. Autrement dit, vous avez à peu près 100% de chances que chaque euro que vous placerez aujourd'hui en bourse sur un nombre suffisamment élevé d'actions vaudra plus d'un euro dans 20 ans. (voir ci-dessous, données tirées du S&P500)

Il est crucial de ne pas confondre volatilité avec risque. Si vous respectez les principes de base évoqués ci-dessus, vous connaîtrez certes toujours une volatilité supérieure au livret A ; mais vous ne risquez en rien de perdre de l'argent.


A contrario, si les liquidités vous semblent moins "risquées", détrompez-vous. Elles sont évidemment bien moins volatiles que les actions, mais leur valeur ne cesse de décroître au fil du temps, en raison de l'inflation. Ainsi, cent euros aujourd'hui vaudront en parité de pouvoir d'achat moins de cent euros dans dix ans. Lentement, mais sûrement, votre argent se dépréciera.


En clair, oui le cash est "sûr", mais avec lui, vous serez sûr...D'avoir après 20 ans moins que quelqu'un qui aura investi la même somme dans des actions, pourtant bien plus volatiles et dites "risquées".


2. "A quoi bon investir si l'on a peu d'argent !"


Si vous croyez réellement à cela, alors vous serez probablement surpris d'entendre l'histoire de Sylvia Bloom.



Sylvia Bloom a passé 67 années de sa vie à travailler en tant que secrétaire dans un cabinet d'avocats New-Yorkais. Malgré un salaire modeste toute sa carrière, ses proches ont eu la grande surprise à son décès en 2016 d'apprendre qu'elle disposait d'un patrimoine de 9m$. Comment est-ce possible ?


Alors qu'elle entendait les associés de son cabinet discuter de telle ou telle action dans lesquelles investir, elle s'empressait secrètement de les acheter, bien qu'en quantités nettement moindres. Puis, elle a laissé ces actions croître, et croître au fil des années. Chaque mois, elle a placé ses maigres économies issues de son salaire de secrétaire dans ces actions. Les intérêts composés ont fait le reste.


La moralité ? Chaque euro compte : ne négligez pas sa puissance sur le long terme. "Les petits ruisseaux font les grandes rivières" !

3. Investir demande trop de temps

L'investissement est probablement le seul domaine dans lequel en moyenne, les plus fainéants tendent à battre les plus travailleurs.


En cherchant à trop vouloir analyser/prédire le futur de vos investissements chaque jour, vous tendez généralement à perdre la big picture de ce dans quoi vous avez investi.



Ainsi, le moindre évènement susceptible d'affecter le cours de vos actions vous paraîtra une montagne, et vous serez plus facilement tenté de liquider vos positions.


A contrario, celui qui ne se soucie pas/peu de ses actions ne sera pas autant soumis à ces biais cognitifs. Il se contentera de choisir méticuleusement ce dans quoi il investit (95% du temps consacré à la bourse), puis à patienter sagement, sans paniquer.