Découvrez bigfish news, notre newsletter pour décrypter l'actu sans jargon (c'est gratuit !)

La diversification : oui, mais à quel point ?

Dernière mise à jour : 10 sept. 2021



Tous les conseillers financiers vous le répèteront inlassablement : il ne faut jamais mettre tous ses œufs dans le même panier. Mais n'y a t-il pas une limite à la diversification ?


Les bénéfices de la diversification ne font aucun doute, et sont largement documentés par la recherche. Diversifier est à la fois un moyen efficace de réduire la volatilité de votre portefeuille, mais également de réduire à néant le risque de défaut de votre portefeuille, qui représente l'un des principaux risques en bourse.


Le risque de défaut


En effet, si une entreprise dont vous êtes actionnaire fait faillite, le cours de l'action tombera alors à 0 et il est probable que vous ne récupèreriez rien.


La faillite d'une entreprise isolée peut arriver, même si cela est rare. Mais à moins d'un cataclysme, il est impossible que toutes vos entreprises fassent faillite si votre portefeuille est suffisamment diversifié.


De plus, quelque soit votre confiance en une société, il n'est pas sain de confier la totalité de son patrimoine entre les mains d'une même entreprise. Un scandale, ou une faillite complète du secteur peut toujours arriver.


Vous devez donc identifier d'autres entreprises en lesquelles vous avez une grande confiance pour pouvoir investir sereinement. On considère que 20 entreprises est suffisant.


Pour une diversification optimale, ces 20 entreprises devraient toucher à des secteurs d'activité ou à des zones géographiques un minimum variées.


Quelques vainqueurs pour 90% de mauvaises pioches


Mais l'intérêt de la diversification va plus loin que le simple risque de défaut.


De 1994 à 2017, la croissance du marché boursier mondial a été d'environ 8% par an. Mais cette performance cache d'énormes disparités : si l'on enlève le top 10% des entreprises les plus performantes chaque année, les 90% restants affichent un rendement moyen de seulement +3.6%.


Autrement dit, l'essentiel de la croissance des marchés est poussé par une poignée d'actions. Sans ces quelques actions, votre performance sera alors assez médiocre. Mieux vaut donc ne pas se tromper !



A contrario, avec une diversification maximale vous augmentez considérablement vos chances d'avoir dans votre portefeuille l'une de ces perles rares...Mais vous serez également certain d'avoir 90% d'actions médiocres, de sorte que votre performance moyenne se rapprochera logiquement de celle du marché.


La diversification oui, mais pas trop


La diversification est essentielle. Mais il arrive un stade où elle n'est plus vraiment utile. Il n'est pas nécessaire d'avoir 500 sociétés différentes pour limiter son risque de défaut. Une vingtaine d'actions suffisent largement pour limiter considérablement la volatilité de son portefeuille.


Il existe une multitude de sociétés exceptionnelles, aux produits révolutionnaires et dirigées par des leaders visionnaires. Mais elles ne représentent qu'une infime part des entreprises cotées en bourse.



A trop diversifier, vous vous assurez de les avoir dans votre portefeuille, mais dans des proportions si faibles que cela n'aura plus vraiment d'impact sur votre performance totale. Or, en faisant appel à votre bon sens pour identifier une vingtaine de ces sociétés, vous mettez toutes les chances de votre côté pour avoir un maximum de ces "sociétés stars" dans votre portefeuille, tout en bénéficiant largement des avantages de la diversification.


"La diversification est une protection contre l'ignorance : elle a peu d'intérêt si vous savez ce que vous faites" - Warren Buffett

Ainsi, les investisseurs ont deux principales options pour diversifier leur portefeuille :

  • Acheter un ETF pour une diversification maximale, mais avec à la fois des bonnes, moyennes et mauvaises sociétés. Vous êtes ainsi certain de ne pas sous-performer le marché, mais vous êtes également sûr de ne pas le battre ;

  • Se restreindre à une vingtaine d'entreprises que vous aurez identifiées comme à haut potentiel, et les garder sur le long terme. Vous vous constituez ainsi en quelque sorte votre propre ETF. Si vous ne pourrez viser juste à tous les coups, les bonnes pioches compenseront largement les quelques mauvaises pioches que vous aurez faites, vous donnant ainsi toutes vos chances de battre le marché.

Si vous souhaitez connaître les différentes actions qui permettent à nos abonnés de battre le marché, nous proposons justement un essai de 30 jours pour les découvrir.

 

bigfish applique une charte de transparence. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre politique de transparence dédiée.


Hamza Triqui

Hamza est rédacteur et analyste pour bigfish. Ancien banquier d'affaires chez Lincoln International, Hamza dispose d'une connaissance hors pair du secteur des services financiers.

Bien plus que des news.
Des idées.

Chaque dimanche, nous décryptons pour vous un fait d'actualité, ou une nouvelle étude pertinente pour votre portefeuille, à parcourir en moins de 3 minutes. C'est gratuit.

A très bientôt...Pensez à vérifier vos spams !

Robot.png