Découvrez bigfish news, notre newsletter pour décrypter l'actu sans jargon (c'est gratuit !)

Investir dans des IPOs ?



Après deux années record, le rythme des introductions en bourse s'est effondré en 2022. Dommage, car les IPOs (de l'anglais Initial Public Offering) sont souvent perçues par les investisseurs comme l'occasion de faire de bonnes affaires. Mais est-ce vraiment le cas ? On vous aide à démêler le vrai du faux, avec en prime, quelques astuces pour bénéficier du meilleur cours d'achat possible.


Il convient de segmenter un investissement dans une "action IPO" (autrement dit, une action publique depuis moins de deux ans) en deux catégories :

  • L'investissement est réalisé avant le jour de l'introduction, sur le marché dit "primaire". Vous bénéficiez alors d'un cours négocié à l'avance. En contrepartie, vous ne pourrez revendre vos parts qu'après une période dite de "lock-up" d'environ trois mois.

  • L'investissement est réalisé une fois l'action introduite, sur le marché dit "secondaire" (la bourse en somme). Vous êtes alors libre de la revendre quand vous le souhaitez, comme n'importe quelle action en bourse.

Pourquoi cette nuance ? Il se trouve que le cours d'achat est généralement bien différent entre celui proposé aux investisseurs avant l'IPO, et une fois l'action introduite.


Les deux présentent donc des avantages et inconvénients...Mais vous allez vite comprendre de quel côté vaut-il mieux se ranger. Commençons par le cas le plus commun : un investissement sur le marché secondaire, post-IPO donc.


Investir après l'IPO


Ici, la question est de savoir si, indépendamment de la qualité de l'entreprise dans laquelle vous investissez, une action récemment introduite tend à sur-performer le marché ou non. Et, comme vous allez vite le comprendre, "la question est vite répondue".


Dans leur étude publiée en 2017 The Long-Term Performance of IPOs, Revisited, Daniel Hoechle, Larissa M. Karthaus et Markus Schmid ont démontré à partir de l'analyse de 7,487 introductions en bourse que, toutes choses égales par ailleurs, les actions IPOs sous-performent le marché. Cette sous-performance se vérifie durant les deux années qui suivent leur introduction. Ce n'est qu'une fois passées les deux premières années qu'elles finissent alors par atteindre une performance en phase avec les marchés.


Bien entendu, toutes les actions IPO ne sous-performent pas le marché. Les caractéristiques de la société doivent primer dans votre sélection sur le fait qu'une entreprise fasse ses débuts en bourse ou non. Nous avons d'ailleurs déjà recommandé un paquet d'actions IPO dans notre sélection d'actions, en connaissance de cause. Il convient simplement d'avoir en tête que toutes choses égales par ailleurs, une action IPO sous-performe légèrement le marché. Votre action partira donc probablement avec un léger handicap.


Penchons-nous maintenant sur le scénario #2 : un investissement sur le marché primaire, pré-IPO donc.


IPO FDJ
L'introduction de la FDJ en 2019 a contribué à relancer la popularité de l'investissement boursier en France

Investir avant l'IPO


Petit veinard. Si vous avez la chance de pouvoir investir dans une entreprise avant son IPO, sachez que les chances jouent en votre faveur.


Il arrive fréquemment que le cours auquel se négocie une action avant son introduction en bourse soit volontairement au rabais. Plusieurs raisons à cela :

  • La banque en charge de l'organisation de l'IPO veut écouler un maximum d'actions afin de maximiser ses commissions,

  • Il est important que les acteurs qui aient accordé leur confiance à la société en investissant pré-IPO ne perdent pas d'argent lorsqu'ils revendront leurs actions une fois la période de lock-up passée, ce qui serait du plus mauvais effet,

  • On associe souvent le succès d'une IPO au fait que le cours auquel elle se négocie une fois introduite soit supérieur à ce qui était anticipé. Une IPO dont le cours serait inférieur aux anticipations serait un mauvais coup de pub pour l'ensemble des acteurs impliqués.

Vous avez ainsi d'assez grandes chances de réaliser une plus-value si vous arrivez à vous positionner avant l'IPO. Selon Freedom24, les investisseurs ayant acheté leurs actions au cours de l'IPO enregistrent une plus-value moyenne de 53% lorsque arrive la fin de la période de lock-up. Pas mal pour 93 jours d'attente...


Encore faut-il le pouvoir...


Mais il y a un hic : pour en profiter, encore faut-il le pouvoir. Il est assez rare que des actions soient proposées aux investisseurs particuliers pré-IPO, comme ce fut le cas pour l'IPO de la FDJ. De tels investissements ne sont généralement proposés qu'aux investisseurs institutionnels ou aux particuliers les plus fortunés.


À ce stade, vous vous demandez probablement pourquoi avoir pris la peine de lire ce long article. Nous venons de vous expliquer qu'investir post-IPO n'est souvent pas très rentable, et est mission impossible pré-IPO.


Heureusement, nous vous avons déniché les (rares) solutions qui peuvent vous permettre de vous joindre à la table des gros investisseurs, en investissant dans des actions au cours initial de leur IPO.


Il arrive que certains courtiers permettent à leurs clients de participer de temps à autre à telle ou telle IPO. Malheureusement, cela reste assez rare.


Le courtier le plus chevronné que nous ayons identifié sur ce segment est Freedom24. Nous allons donc tâcher de vous le présenter aujourd'hui. Sachez que la suite de ce post est sponsorisée par ce courtier, mais que nous filtrons avec précaution nos différents sponsors :)


Comment fonctionne Freedom24 ?


Fun fact : ce courtier basé en Europe et créé en 2008 est lui-même coté au NASDAQ, sous le nom Freedom Holding Corp. :)


Concrètement, Freedom24 rassemble les fonds d'une multitude d'investisseurs particuliers, de sorte à disposer d'un poids suffisant pour pouvoir acheter de nouvelles actions au cours initial de leur IPO. Le courtier en est déjà à sa 265ᵉ introduction, pour un gain moyen de 53% entre le cours proposé à ses clients vs. le cours à l'issue de la période de lock-up.


Pour arriver à ce chiffre, Freedom24 essaie de filtrer les sociétés aux plus forts potentiels de croissance, afin de les offrir au cours de l'IPO sur leur plateforme.


Le processus ressemble à ceci :

  • Vous avez repéré une société prévoyant de s'introduire en bourse. Vous décidez de placer X€ dessus (la plateforme impose un minimum de 2,000$). Vous devrez vous acquitter de frais compris entre 3 et 5% de la somme investie, ce qui reste raisonnable compte tenu de l'espérance de gain d'un investissement au cours de l'IPO.

  • Vous patientez jusqu'à la fin de la période de lock-up, de 93 jours.

  • Une fois la période de lock-up écoulée, vous décidez soit de revendre directement et d'empocher en moyenne +53% de plus-value, soit de conserver vos actions à plus long terme.

Notez qu'il est assez fréquent dans ce type d'investissements que la plateforme ne puisse vous allouer autant d'actions que ce que vous aviez demandé. Pourquoi ? Le nombre d'actions obtenues au cours de l'IPO par chaque client dépend avant tout de l'offre et de la demande. La demande d'actions au cours de leur IPO étant généralement très élevée, le nombre d'actions disponibles est forcément limité.


Néanmoins, Freedom24 donne la possibilité à chaque client d'augmenter le volume d'actions obtenues au cours de l'IPO. Le nombre d'actions cours de l'IPO perçues par chaque client est défini par le montant de la demande initiale et le pourcentage d'allocation (comprendre : le pourcentage de la demande qui pourra être satisfait).


Le pourcentage d'allocation est défini par la note du client. Concrètement, plus votre note est élevée, plus vous pourrez avoir d'actions allouées. Cette note est elle-même basée sur l'historique des transactions, ainsi que les positions détenues par le client sur Freedom24. Ce rating est calculé de manière transparente pour les clients et mis à jour automatiquement.


Il est donc important de prendre soin de votre note pour obtenir une allocation plus importante de nouvelles actions. La notation est définie principalement par la liquidité de votre portefeuille, ainsi que par votre activité chez le courtier. Du coup, la façon la plus simple d'améliorer votre note (et donc d'obtenir plus d'actions au cours de l'IPO) consiste à ouvrir votre compte et commencer à construire votre portefeuille au préalable, tant qu'à faire dans les 30 premiers jours suivant votre ouverture de compte : Freedom24 n'applique aucun frais sur les transactions opérées dans les 30 premiers jours depuis l'ouverture de votre compte.


Enfin, qu'advient-il des sommes non allouées ? Elles vous sont reversées instantanément, sans frais. En prime, Freedom24 dispose d'un compte d'épargne à 3% d'intérêts (les sommes épargnées sont alors en dollars US, et les intérêts reversés de façon journalière à partir de 120$), ce qui vous permet de ne pas perdre trop d'argent face à l'inflation.


Avertissement : comme vous le savez, nous déconseillons de miser sur des opportunités pour les seules "bonnes affaires" (souvent très incertaines) qu'elles peuvent représenter à court terme. L'attractivité de l'entreprise doit rester votre critère #1, pas la plus-value que vous pouvez réaliser en quelques semaines ou mois. Comme toujours, il est important d'investir uniquement dans des produits qui collent à vos connaissances et à votre expérience.


Pour découvrir le courtier, c'est par ici 👇




Les investissements en titres et autres instruments financiers comportent toujours un risque de perte de votre capital. L'achat d'actions à des prix d'introduction en bourse peut impliquer des restrictions supplémentaires. Les prévisions ou les performances passées ne constituent pas une garantie des résultats futurs.

 

bigfish investing applique une charte de transparence. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre politique de transparence dédiée.


François Sockeel

François est le fondateur de bigfish investing. Après un passage en conseil en stratégie ainsi qu'en banque d'affaires, François se dédie désormais à aider les particuliers à mieux décoder les marchés.