Découvrez bigfish news, notre nouvelle newsletter pour décrypter l'actu sans jargon (c'est gratuit !)

Faut-il profiter du coup de mou de Tesla ?

Dernière mise à jour : 16 juil. 2021

En quelques années seulement, Tesla (NASDAQ: TSLA) est parvenue à maîtriser l'art de conjuguer innovation et rentabilité avec brio. Ses voitures électriques lui permettent d'afficher une croissance massive de ses revenus, tout en étant rentable depuis 7 trimestres maintenant.



Son positionnement suffisamment en amont sur deux tendances majeures du secteur automobile, à savoir la conduite autonome et la voiture électrique, ont ainsi fait prendre conscience en quelques trimestres aux constructeurs traditionnels de l'avance colossale qui se dressait entre Tesla et eux.


Cette prise de conscience s'est opérée par la même occasion sur les marchés, avec une croissance de l'action de plus de 700% rien qu'en 2020.

Depuis son plus haut historique le 8 janvier 2021 à 880$, l'action est pourtant largement redescendue. Voyons-voir les raisons d'une telle chute afin de mieux comprendre si elle est justifiée ou non.


Les raisons de la chute


La correction dont Tesla fait l'objet semble multi-factorielle.


La principale raison est sans aucun doute à trouver dans ses résultats financiers. Non pas qu'ils soient mauvais, loin de là. Mais la croissance de ses revenus se tasse, à tel point que ses derniers revenus trimestriels sont en décroissance en séquentiel. Au vu de la valorisation très élevée de Tesla et malgré une belle croissance de ses marges, il n'en fallait pas moins pour faire rapidement chuter le cours de son action.


Alors, pourquoi un tel ralentissement de ses ventes ? Elon Musk le justifie par la baisse du prix de vente de ses véhicules. Une baisse permise par la diminution du coût de production unitaire de ses voitures, qui ne cesse de décroître à mesure que Tesla grossit (la fameuse loi de Wright).


Mais cette baisse tarifaire n'a rien d'un choix pour le groupe : elle est de l'ordre de la nécessité, alors que la pression concurrentielle s'accroît considérablement en Chine, son principal marché. NIO (NYSE:NIO), XPeng (NYSE:XPEV), ou encore Li Auto (NASDAQ:LI) : autant de constructeurs chinois aux ambitions débordantes, prêts à venir grignoter des parts de marché à Tesla avec des tarifs très compétitifs.


Côté Occident, si certains constructeurs ont récemment mis en place de sérieux plans d'investissements pour combler ce retard comme Volkswagen (ETR: VOW3), d'autres semblent encore préférer ignorer la montée fulgurante de Tesla en conservant leur positionnement traditionnel.


Il faut ajouter à cette pression concurrentielle croissante des soucis logistiques toujours en suspens : la gigafactory initialement prévue par le groupe pour juillet 2021 à Berlin n'a ainsi toujours pas vu le jour, et accuse déjà plus de 6 mois de retard. De nombreux rappels de véhicules ont également déjà eu lieu depuis ce début d'année.



Pire, le récent accident d'une voiture Tesla aux Etats-Unis a semé le doute sur la sécurité des systèmes de conduite autonome de la firme. Si les premiers éléments de l'enquête semblent indiquer que le pilote automatique est hors de cause, aucune conclusion viable n'a encore pu être faite à ce stade.


Alors, faut-il acheter ?


Ces récents évènements ont permis de ramener Tesla à une valorisation bien plus attractive pour les investisseurs.


Nous pensons que les soucis mentionnés ci-dessus font partie intégrante des difficultés opérationnelles de toute entreprise, d'autant plus avec un rythme de croissance aussi élevé. Nous ne pensons pas que ces soucis devraient altérer outre mesure les ambitions à long terme du constructeur.


Côté concurrence, il n'y a rien de surprenant à ce que Tesla ne reste pas seule sur ce segment, avec un marché aussi juteux. La capacité de Tesla à faire face à cette pression sera déterminante. Si nous ne pouvons prédire l'avenir, force est de constater qu'Elon Musk a largement démontré par le passé sa capacité à consolider son rempart concurrentiel au fil du temps.

Bien entendu, la valorisation de Tesla reste encore très élevée si on la compare à d'autres constructeurs. Mais Tesla n'est pas n'importe quel constructeur : elle bénéficie d'une avance considérable dans la conduite autonome, en combinant à la fois expertise technologique et sectorielle, chose rare dans le secteur, et pourtant essentielle pour affronter les évolutions à venir.


Car cette combinaison s'avère difficile à obtenir pour les constructeurs traditionnels sans réels investissements dans la durée, ou via la réalisation d'un partenariat avec un géant de la tech.


Ce faisant, il ne fait que peu de doute que Tesla devrait parvenir à rafler l'essentiel du marché des voitures autonomes lorsque celui-ci sera devenu scalable, en bénéficiant du first-mover advantage. A notre humble avis, il est ainsi encore bien tôt pour annoncer la mort de Tesla.

 

bigfish applique une charte de transparence. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre politique de transparence dédiée.


Baptiste Martin

Baptiste est rédacteur et analyste chez bigfish. Spécialiste de la modélisation financière, Baptiste analyse chaque mois les comptes de centaines d'entreprises pour n'en garder que la crème de la crème.