Découvrez bigfish news, notre nouvelle newsletter pour décrypter l'actu sans jargon (c'est gratuit !)

Carrefour vs. MercadoLibre : le match

Dernière mise à jour : 25 août 2021



Si la pandémie a affecté de larges pans de la grande distribution, certains acteurs ont largement bénéficié de ces confinements à répétition... Dont Carrefour et MercadoLibre. Mais auquel de ces géants confier votre argent pour les prochaines années ?


Inutile de préciser de quel côté se sont rangés ces deux groupes durant la pandémie. Carrefour (EPA:CA) a ainsi vu son cours augmenter d'environ 15% sur les 12 derniers mois (sans compter un rendement du dividende d'environ 3%), quand celui de MercadoLibre (NASDAQ: MELI) s'est accru de plus de 40% sur la même période.

Mais vous connaissez le refrain : les performances passées ne préjugent pas des performances futures. C'est donc à la performance opérationnelle qu'il convient de s'intéresser pour comparer ces deux acteurs, ainsi qu'à leurs perspectives de croissance futures.



Deux historiques de croissance forte


Disons-le d'entrée : les résultats de MercadoLibre ont de quoi faire des envieux. Le groupe publie des résultats en accélération constante depuis quatre trimestres consécutifs. Sur ses trois plus gros marchés (Argentine, Mexique, Brésil), sa croissance dépasse les +100% sur le dernier trimestre.


Cette domination sans partage de MercadoLibre sur le marché du e-commerce latino-américain lui permet de renforcer son pouvoir de négociation au fil du temps. Le groupe a par exemple pu augmenter de manière substantielle le pourcentage de commission prélevé sur chaque transaction réalisée de particulier à particulier.


Si de tels niveaux de croissance seront probablement difficiles à tenir une fois la pandémie terminée, MercadoLibre devrait néanmoins parvenir à maintenir une performance largement supérieure à celle du secteur.


En cause, son positionnement en tant que "Amazon de l'Amérique Latine", un continent encore très peu pénétré par le e-commerce : environ 30% de la population de la région n'a pas encore accès à internet. Alors que des dizaines de millions de particuliers devraient obtenir un accès à internet au cours des prochaines années, ces nouveaux internautes représenteront autant de clients potentiels pour MercadoLibre, n°1 du e-commerce dans une majorité de pays de la région.


Le groupe présente l'autre avantage de s'être largement diversifié depuis ses débuts en 1999. Mercado Libre se divise ainsi en 4 filiales, allant de la traditionnelle marketplace (MercadoLibre) au portefeuille digital (Mercado Pago), en passant par son service de "Buy Now Pay Later" (Mercado Credito), ainsi que son offre de gestion des colis (Mercado Envios).


Toutes ces activités disposent de synergies fortes, tout en permettant au groupe de faire reposer sa performance sur plusieurs tendances. MercadoLibre propose ainsi à ses actionnaires de fortes perspectives de croissance, tout en bénéficiant d'une volatilité maîtrisée de son activité.


Par opposition, Carrefour apparaît plutôt comme une valeur sûre. Créé en 1958, le groupe dirigé par Alexandre Bompard constitue l'un des plus gros distributeurs au monde, avec pour conséquence une adaptation aux dernières innovations nettement plus lente. Avec plus de 10mds€ d'immobilisations corporelles à entretenir, le groupe ne peut se permettre d'avoir ni l'agilité, ni les marges de MercadoLibre.


Malgré une forte diversification géographique, la part de l'activité de Carrefour réalisée au sein des marchés émergents n'est pas comparable à celle de MercadoLibre. En approchant le marché de la grande distribution avec une stratégie plutôt défensive (pure player sur un secteur de la grande distribution mature, réalisé sur des zones géographiques plutôt matures), Carrefour se range plutôt du côté des "vaches à lait", au sens de la matrice BCG, là où MercadoLibre se situerait plus dans la catégorie "Produit Star".

Cela fait-il de Carrefour un groupe moins dynamique que MercadoLibre ? Naturellement. Cela rend-il son action obsolète ? Pas forcément. Avec ses solides dividendes et une remarquable stabilité, Carrefour pourra tout à fait convenir aux investisseurs les plus sensibles à la volatilité, visant en priorité un portefeuille plutôt défensif, sans chercher à décupler la valeur de leur portefeuille au cours des prochaines années/décennies. Nous pensons à des personnes retraitées par exemple.


Autre avantage de Carrefour : en tant que société française, elle vous permet de bénéficier de la fiscalité adoucie du PEA. Un avantage à ne pas surestimer cela dit : rappelons que la différence de fiscalité entre compte-titres et PEA s'avère bien moins pertinente dès lors que vous adoptez une approche de long-terme (> 5 ans de détention).


A contrario, MercadoLibre vous conviendra à merveille si vous cherchez une entreprise à la pointe de l'innovation dans le secteur du e-commerce, idéalement positionnée sur plusieurs tendances au sein de plusieurs pays émergents, avec le potentiel de voir son cours décupler au cours des prochaines années. Notre préférence va ainsi pour MercadoLibre.


Nous vous voyons déjà venir : pourquoi préférer acheter des actions MercadoLibre, valorisées à 16x son CA, tandis que les actions Carrefour sont à seulement 0.16x son CA ?


En bourse comme ailleurs, la qualité a un prix...

 

bigfish applique une charte de transparence. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre politique de transparence dédiée.


Baptiste Martin

Baptiste est rédacteur et analyste chez bigfish. Spécialiste de la modélisation financière, Baptiste analyse chaque mois les comptes de centaines d'entreprises pour n'en garder que la crème de la crème.